Genre et Islam : notre programme

Suite aux 6 rencontres sur le thème « Féminisme et l’Islam » organisées en 2016, le CFEP propose cette saison un cycle de formation, pour relier aspects théoriques et pratiques professionnelles et quotidiennes.

La formation vise à répondre aux attentes de personnes, hommes ou femmes, intéressées ou confrontées aux questions liées à la mixité à la fois culturelle, de genre et de conviction à Bruxelles

Un cycle de 11 rencontres d’octobre 2017 à juin 2018, inscription obligatoire pour le cycle complet PAF 110 € comprenant la formation, la documentation et le cathering.
Contact : Francine Ramakers, Fabienne Audureau 02.229.38.52

Volet Théorique : 14h-17

5 octobre : Découverte de l’islam : bref historique et évolution acvec Abdessamad Belhaj

Ce cours introduit aux moments fondateurs de l’islam, aux complexités de sa civilisation, à l’émergence de ses structures sociales et culturelles et à l’évolution de ses trajectoires politiques, socio-économiques et religieuses jusqu’aux temps modernes. Une attention particulière sera prêtée à l’émergence des questions du
genre et de la pudeur dans les textes, les cultures et les sociétés de l’islam naissant.

Abdessamad Belhaj est islamologue. Il est chercheur au CISMOC-UCL et chargé de cours invité à la faculté de théologie de l’Université Catholique de Louvain.

26 octobre : L’islam aujourd’hui : les différents courants musulmans contemporains avec Emilio Platti

Une analyse de la logique interne de l’islam contemporain, les arguments des modérés qui rejettent la violence, mais restent dans la tradition du droit musulman, ainsi que les arguments de radicaux et leur rejet des modèles de société occidentaux, et la situation précaire de "nouveaux" penseurs vivant en Occident".

Emilio Platti est Président du Centre El Kalima, Frère Dominicain, Docteur en philologie et histoire orientales (département d’études arabes et d’islamologie), Drs. en théologie et Professeur émérite en charge à la KU Leuven. Il est membre de l’Institut Dominicain d’études Orientales du Caire (Idéo-Égypte), du Cismoc de l’UCL et Professeur invité à l’Université Santo Tomas à Manille (Philippines). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et publications académiques au sujet de l’interaction intellectuelle entre savants musulmans, chrétiens et juifs à Bagdad au temps de sa splendeur (750-1050).

16 novembre : Le rôle des mosquées en Belgique et les différentes identités de l’islam culturel (turc, africain, maghrébin…) avec Brigitte Maréchal

Depuis la fin des années 1960, des mosquées se sont implantées sur le territoire belge. Elles restent essentiellement marquées par des clivages ethno-nationaux et des distinctions relatives à des sensibilités religieuses particulières. Quelles sont les fonctions de la mosquée en Belgique ? Y a-t-il des spécificités au gré de leurs ancrages ? Par-delà les mosquées, quelles modalités de structurations de l’islam connaissons-nous sur notre territoire ? Quel est le rôle des femmes dans ces différentes configurations ? Ce sont les trois questions majeures sur lesquelles nous établirons quelques éclairages.

Brigitte Maréchal est sociologue et diplômée en islamologie. Elle enseigne à l’UCL, notamment un cours de socio-anthropologie de l’islam contemporain, un autre de sociologie de la religion. Elle est également responsable académique de la formation continue en « Sciences religieuses et sociales : islam dans le monde contemporain ». Directrice du Centre Interdisciplinaire d’Etudes de l’Islam dans le Monde Contemporain, elle a mené des recherches sur l’islam européen en général, sur l’islam politique (les Frères musulmans) mais aussi sur les relations réciproques entre musulmans et non musulmans en Belgique. Au Cismoc, des recherches sont surtout menées sur l’islam belge, les jeunes, les courants musulmans, la pensée musulmane.

7 décembre : L’islam culturel >< l’islam des textes avec Hicham Abdel Gawad

Le rapport à la norme chez les jeunes musulmans contemporains et le renversement de l’autorité religieuse : étude de cas concret sur les interactions entre hommes et femmes.
Le but de la séance sera de comprendre quelles interactions complexes se sont créées entre la question de la norme religieuse et la redistribution de l’autorité, avec pointage sur le cas des rapports hommes-femmes.

Hicham Abdel Gawad est auteur, conférencier, et doctorant en Sciences des Religions. Professeur de religion islamique pendant 8 ans et investi dans les questions de dialogue interconvictionnel.

11 janvier : Genre et islam avec Galiya Djelloul

Le but de cette rencontre est de proposer aux participant-e-s des outils pour cerner les problématiques concernant la religion (islam) et les rapports de genre, d’un point de vue sociologique. Aux croisements de deux champs de recherche, nous verrons comment ces problématiques se nourrissent mutuellement à partir de la vaste littérature anglophone et francophone produite dans ce domaine. Nous tenterons donc de faire le point sur les connaissances actuelles sur les rapports de genre, du VIIème jusqu’à aujourd’hui, dans les pays à minorité ou majorité musulmane.

Ghaliya Djelloul mène actuellement un doctorat en sociologie à l’Université catholique de Louvain sur des questions liées au genre en Algérie, croisées aux sociologies de l’espace et de la religion. Titulaire d’un master en sociologie de l’Université catholique de Louvain et d’un master en relations internationales de l’Institut des Hautes Études Internationales et du Développement (Genève, Suisse), ses intérêts de recherche portent sur la socio-anthropologie du genre, de l’islam et des migrations sur les deux rives de la méditerranée.

1er février : Féminisme et Islam avec Malika Hamidi

Nous présenterons les principales actrices et idées du « féminisme musulman », c’est-à-dire de ces femmes de foi musulmane qui s’emploient à se réapproprier l’interprétation des textes religieux relatifs au statut des femmes en islam ainsi qu’une citoyenneté égalitaire en contexte européen. L’objet est de révéler ce mouvement de femmes qui revendiquent cette identité "hybride" de féministes musulmanes occidentales, et avant-gardistes dans la promotion de ce mouvement de pensée « d’un nouveau genre ».

Malika Hamidi est docteure en sociologie de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris. Spécialiste du féminisme musulman en Europe, elle publie aux Editions de l’Aube un ouvrage tiré de sa thèse doctorale intitulé « Un féminisme musulman, et pourquoi pas ? ». Elle a par ailleurs co-écrit « Des féminismes islamiques" (La Fabrique, 2012)

Volet Pédagogique : 14h-18h

22 février : Le mariage entre libre choix et contrainte avec Maria Miguel-Sierra Le mariage

Le mariage peut être le fruit d’une décision personnelle. Il peut être aussi le résultat d’une pression familiale ou devenir un enjeu identitaire majeur. Mariages arrangés, coutumiers, mariages blancs, gris, forcés, précoces, thérapeutiques sont autant de mariages pouvant priver hommes et femmes d’une liberté essentielle, celle de choisir un-e partenaire. Ils peuvent conduire à des violences physiques, psychologiques, économiques et sociales graves.

Maria Miguel-Sierra est la directrice de La Voix des Femmes. Membre fondatrice du Réseau Mariage et Migration.

15 mars : Entre discriminations et émancipation : la double résistance des femmes musulmanes. avec Sakina Ghani

Foulard, sexualité, maternité et autres injonctions. Comment les musulmanes redéfinissent le rapport à leur corps ? Quelles résistances rencontrent-elles de la part de la société majoritaire et au sein de leurs communautés de foi ? Quelles sont les stratégies d’émancipation développées ? Trajectoires et vécues de musulmanes de Belgique.


Sakina Ghani est membre de KARAMAH EU. Elle est active au sein de la société civile depuis une dizaine d’années et milite pour la promotion des droits de toutes les femmes et de leur émancipation intellectuelle. Son féminisme est influencé par Asma Lamrabet, Malika Hamidi, Nawal Saadawi ou encore Gloria Steinem et Rokhaya Diallo ; un féminisme nécessairement intersectionnel et porteur de valeurs émancipatrices pour tout.e.s.

19 avril : Les jeunes et l’islam avec Hicham Abdel Gawad

Les écarts de représentations entre ce que la théologie islamique classique propose et les imaginaires des jeunes musulmans contemporains : le cas du verset 34 de la sourate 4.
Le but de la séance sera de mesurer à quel point la théologie islamique classique est audible (ou pas) pour les jeunes musulmans contemporains. Le cas du difficile verset 34 de la sourate 4 sera exploré.


Hicham Abdel Gawad est auteur, conférencier, et doctorant en Sciences des Religions. Professeur de religion islamique pendant 8 ans et investi dans les questions de dialogue interconvictionnel.

17 mai : Les conflits au sein des familles musulmanes avec Kim Lecoyer

Ce cours propose une introduction aux réalités complexes de familles musulmanes vivant en Belgique, particulièrement en situation de conflit familial. Une attention particulière sera accordée à la situation des femmes et aux dimensions de genre. Nous découvrirons des clés de lecture et des cadres de référence pouvant être utile pour apporter un support aux personnes et familles concernées.

Kim Lecoyer est co-fondatrice et présidente de KARAMAH EU, une association de femmes musulmanes pour la promotion des droits humains, et des droits des femmes en particulier, basée à Bruxelles. Chercheuse doctorante au centre pour les droits de l’homme de l’université de Gand, Kim finalise une thèse sur la résolution de conflits familiaux au sein de familles musulmanes belges.

7 juin : Ouverture au dialogue et pistes pour le vivre-ensemble avec Stéphanie Lescene

Quels sont les points communs que l’on peut retrouver dans les différentes croyances et comment parler d’égalité hommes-femmes d’une seule voix, au-delà des religions ? Outils pédagogiques provenant des méthodes d’éducation non formelle pour une coexistence active et une cohabitation heureuse entre religions, cultures, genres et identités.

Stéphanie Lecesne est diplômée de l’Université de Caen et y a achevé le master « Expert en projets européen au service du développement local » qui intégrait un stage au CEJI en 2004. Elle a travaillé pendant une décennie dans le domaine de projet européen en France. Elle a développé plusieurs cours lié à l’apprentissage interculturel utilisant des techniques éducatives non formelles en Europe, Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Stéphanie a rejoint l’équipe du CEJI en avril 2011 en tant que Coordinatrice de formation.