« Comment les dispositifs pédagogiques fabriquent-ils des inégalités scolaires ? »

Sous quelles formes s’expriment-t-elles dans le dispositif du cercle de lecture et quelles solutions apporter pour les réduire ?

L’école a la volonté de permettre l’accès à la réussite de tous les élèves et pourtant, elle engendre des fabrications d’inégalités scolaires. Telle est la thèse de Stéphane Bonnéry selon qui les inégalités entre les apprenants sont insidieuses car c’est au sein de la pratique de classe qu’elles s’installent.
En effet, aujourd’hui, les enfants sont mis en présence du savoir sans pour autant qu’on leur donne les moyens d’accéder aux apprentissages. C’est de manière implicite qu’on attend d’eux qu’ils construisent naturellement une posture distanciée et réflexive envers les objets de savoir. Cette attitude ne peut être élaborée dans les familles qui ne partagent pas la culture scolaire. Et l’école ne se chargeant pas de sa transmission, certains enfants n’ont pas les moyens d’apprendre.
Puisque les enseignants et les dispositifs qu’ils mettent en place jouent un rôle dans la fabrication d’inégalités scolaires, cela signifie que chaque enseignant a également le pouvoir de réduire ces inégalités, en évitant d’en être l’auteur et en donnant aux enfants les moyens nécessaires à la construction de leurs apprentissages. Telle est la thèse de cette conférence qui a pour objectif de proposer des pistes de solutions face aux fabrications d’inégalités scolaires dans le cadre concret du dispositif du cercle de lecture.
Anouk Vandevoorde a étudié la pédagogie à la Haute École de Bruxelles où elle a obtenu son diplôme d’institutrice primaire en 2012. C’est dans ce contexte-là qu’elle a réalisé son travail de fin d’études sur la fabrication d’inégalités scolaires au sein des pratiques de classes. Elle poursuit actuellement ses études en réalisant un master en sciences de l’éducation à l’ULB.
P.A.F./rencontre (café/thé et sandwich compris) : 4€ (membres) – 5€ (non membres) - Inscription souhaitable au 02/229 38 42