John Stuart Mill et la « nature féminine »

Si le philosophe John Stuart Mill est célèbre surtout pour ses ouvrages sur l’utilitarisme, la liberté et le gouvernement représentatif, il s’est également penché sur la question de l’inégalité entre les sexes. Son essai De l’assujettissement des femmes (1869) constitue l’une des premières critiques philosophiquement libérales des rapports de domination entre les sexes. Nécessairement ancrée dans son époque, la pensée de Mill sur le sujet contient certes plusieurs limites. Mais elle peut aussi être une grande source d’inspiration pour tous ceux qui se battent aujourd’hui pour la liberté et l’émancipation individuelle ainsi que pour ceux qui tentent d’appliquer ces idéaux aux rapports entre les sexes. L’exposé présentera les principales thèses de Mill sur cette question tout en les discutant de façon critique. Le positionnement ’constructiviste’ d’une majorité de féministes contemporaines, face au retour d’un différentialisme de type conservateur, peut largement bénéficier d’une relecture critique des positions de Mill en la matière.

Sophie Heine est maître de conférence à la Queen Mary, University of London et chercheure à l’Université d’Oxford. Ses thèmes de recherche concernent l’Europe, les mouvements sociaux, les idéologies progressistes et la pensée féministe.

P.A.F./rencontre (café/thé et sandwich compris) : 4€ (membres) 5€ (non membres)
Inscription souhaitée au 02/229 38 52