La laïcité contre elle-même(1)

La laïcité a fait un retour remarqué dans le débat public des pays francophones au long de ces quinze dernières années. Mais c’est un retour ambigu. La laïcité, comme le féminisme ou encore l’anti-racisme, s’est divisée sur la question de la nouvelle visibilité de la religion, en particulier l’islam, dans l’espace public.

Mais ce retour du religieux n’a fait finalement qu’accentuer et rendre plus visible une fracture qui existe depuis toujours dans ce qu’on pourrait appeler la "laïcité à la française" : la laïcité est-elle, premièrement, d’abord un dispositif de protection (et d’élargissement) des libertés publiques - position libérale ou "inclusive" ? ou bien, deuxièmement, d’abord un dispositif de cohésion symbolique et identitaire - position souvent décrite comme "républicaine" ?
Selon que l’on se situe d’un côté ou de l’autre de cette ligne de fracture, toutes les questions "chaudes" d’aujourd’hui seront traitées différemment : les signes religieux, la neutralité de l’Etat, la neutralité des citoyens eux-mêmes, la place de la religion dans la société, etc.

Les deux conférences (du vendredi 23 mai et du vendredi 6 juin de 12h30 à 14h) visent à présenter cette ligne de fracture non pas de manière "objective" (ce qui est une tâche impossible) mais de manière "honnête" : à partir d’un engagement reconnu et assumé pour la position inclusive, essayer de présenter les différences le plus clairement possible sans discréditer par avance la position républicaine.

Marc Jacquemain est professeur de sociologie à l’Université de Liège. Auteur de La raison névrotique (2002), Le sens du juste (2005), Du bon usage de la laïcité (2008, avec Nadine Rosa-Rosso), Résister au quotidien ? (2013, avec Bruno Frère).