« Le fonctionnement du système politique belge : un excès de démocratie ? »

Avec Monsieur Vincent de Coorebyter, directeur général du Centre de Recherche et d’Information Socio-Politiques-CRISP

La crise politique ouverte par les élections anticipées du 13 juin 2010 est généralement interprétée comme un mauvais fonctionnement des institutions. Par-delà les analyses en termes de tactique politique, on peut se demander si la crise n’est pas due, pour une bonne part, non pas au mauvais fonctionnement du système mais à ses règles fondatrices elles-mêmes, qui se caractérisent par un « excès » de démocratie qui contraint la Belgique à surmonter une succession d’obstacles dont d’autres pays se dispensent au moment de former un gouvernement. D’où l’intérêt de revenir aux fondements constitutionnels et coutumiers du système, pour en redécouvrir l’étrangeté.